Prolonger les bienfaits des vacances… c’est possible?

Les vacances, c’est bon pour la santé! On le sait, on le ressent… et les recherches le démontrent.  Même qu’une recherche longue de neuf ans a démontré un lien direct entre les vacances et la santé :  des vacances plus fréquentes diminuaient les risques de mortalité, particulièrement les risques de maladie cardio-vasculaire (1).

Vous êtes en vacances, ou vous le serez bientôt.  Et déjà, vous pensez au retour au travail.  Rien qu’à penser à votre boîte de courriels qui déborde probablement, aux factures qui se sont accumulées, aux dossiers qui sont restés en suspend… vous sentez les bienfaits des vacances s’estomper!

Vous vous demandez peut-être pendant combien de temps vous réussirez à garder votre air de vacances, votre état positif, votre calme, etc., une fois de retour au travail?

De façon générale, il semble que les émotions positives que l’on ressent pendant les vacances soient de courte durée.  De combien de temps parle-t-on?  En 2009, une méta-analyse des effets des vacances sur la santé et le bien-être estimait que l’effet des vacances disparaissait après deux à quatre semaines (2).  Dans une étude plus récente (3), les chercheurs suggèrent qu’au premier jour de retour au travail, l’effet positif des vacances a déjà complètement disparu.

Il semble donc que l’effet se maintienne de 0 à 30 jours.  C’est peu… surtout pour ceux qui ne prennent leurs vacances qu’une fois par année!

D’où vient l’effet positif des vacances?

Les vacances peuvent être définies comme « une cessation de travail, un moment où une personne ne participe pas activement à son travail » (4. p. 393).  Comparées aux soirs et aux weekends, les vacances nous permettent de mieux récupérer.  Cette récupération se fait par deux mécanismes distincts.  Le premier mécanisme, passif, nous libère des exigences de notre travail, puisque les vacances, généralement plus longues que les weekends, nous permettent de décrocher du travail et possiblement de profiter d’un environnement différent et plus relaxant.   Le second mécanisme, actif, est lié à notre engagement dans des activités qui nous font du bien.

Est-il possible de prolonger l’effet positif de vos vacances?

Dans une étude récente (5), les chercheurs ont interviewé près d’une centaine d’employés.  Parmi les difficultés de leur retour au travail, ces employés ont mentionné : le fait de revenir à une routine et d’avoir moins de temps pour la famille, certaines émotions négatives (anxiété, fatigue, démotivation, frustration, nostalgie, nervosité, etc.), le travail accumulé pendant notre absence, revoir les collègues, etc.

Les chercheurs se sont également intéressés aux stratégies mises en place pour contrer les émotions négatives et pour maintenir ou prolonger l’effet des vacances.

Voici quelques stratégies :

  • Le plus important est bien sur de prendre des vacances, au moins une fois par année!! Vous réduisez vos risques de problèmes cardiaques.
  • Les souvenirs de vacances ont le pouvoir d’augmenter le bien-être, bien que temporairement. N’hésitez donc pas à partager vos souvenir avec vos amis et collègues.  Vous ferez ainsi d’une pierre deux coups : vous augmentez vos émotions positives tout en développant vos relations interpersonnelles.
  • La durée des vacances ne semble pas avoir d’effet sur le temps que dure l’effet des vacances. Il serait donc plus avantageux, question bien-être, de planifier plusieurs courtes périodes de vacances plutôt que de profiter d’une seule et longue période de vacances dans l’année.
  • À votre retour au travail, insérez dans votre routine des activités qui vous permettent de relaxer et de récupérer, comme par exemple, le yoga, la marche, l’écoute de musique relaxante ou la méditation.

Alors, comment allez-vous prolonger l’effet positif de vos vacances? Quelles activités allez-vous intégrer dans votre routine?

Votre coach, Di-Anne

Références

  1. Gump, B. B., & Matthews, K. A. (2000). Are Vacations Good for Your Health ? The 9-Year Mortality Experience After the Multiple Risk Factor Intervention Trial. Psychosomatic Medicine, 62, 608–612.
  2. de Bloom, J., Kompier, M., Geurts, S., de Weerth, C., Taris, T., & Sonnentag, S. (2009). Do we recover from vacation? Meta-analysis of vacation effects on health and well-being. Journal of Occupational Health, 51(1), 13–25. https://doi.org/10.1539/joh.K8004
  3. de Bloom, J., Geurts, S. A. E., & Kompier, M. A. J. (2013). Vacation (after-) effects on employee health and well-being, and the role of vacation activities, experiences and sleep. Journal of Happiness Studies, 14(2), 613–633. https://doi.org/10.1007/s10902-012-9345-3
  4. Lounsbury, J. W., & Hoopes, L. L. (1986). A Vacation From Work. Changes in Work and Nonwork Outcomes. Journal of Applied Psychology, 71(3), 392–401. https://doi.org/10.1037/0021-9010.71.3.392
  5. Sousa, C., & Gonçalves, G. (2019). Back to work bang! Difficulties, emotions and adjustment strategies when returning to work after a vacation. International Journal of Human Resource Management, 0(0), 1–22. https://doi.org/10.1080/09585192.2019.1602784

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *